Dans le cadre de l’ouverture de l’année judiciaire, le lundi 5 octobre 2015, le président sortant de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSCCA), le Conseiller Fritz Robert Saint-Paul, a dressé un bilan positif des travaux réalisés par le tribunal administratif haïtien pendant son passage à la tête de ladite Cour. Il a profité de l’occasion pour passer le maillet à la Conseillère Marie Neltha Fétière qui devient la nouvelle présidente de la CSC/CA pour l’exercice fiscal 2015-2016.

«Tant vaut la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif, tant vaut l’administration publique », a martèlé la nouvelle présidente, Marie Neltha Fétière, toute souriante, en présence de plusieurs grands Commis de l’Etat, entre autres, le Premier ministre Evans Paul; le président de la Cour de cassation, Me Jules Cantave et le président du Sénat, Andris Riché.

Bien avant l’intervention de la nouvelle présidente, l’ex-président de la Cour, M. Fritz Robert Saint-Paul, a exprimé l’opinion que que la CSCCA, dans le passé, figurait parmi les institutions publiques les plus faibles du pays. Mais durant sa présidence, les choses ont changé. « La Cour a mis en chantier l’élaboration des règlements intérieurs et d’un code d’éthique qui sont en voie de validation, sans compter le plan de développement stratégique pour les 8 prochaines années et les différents manuels de procédure.».

Ayant compris que le travail d’une institution de contrôle s’exerce essentiellement à travers les rapports, la CSCCA a pris les dispositions adéquates afin que les différents rapports soient préparés et soumis à la nation dans le délai légal requis. « La Cour a réalisé le rapport sur l’inventaire des biens de l’Etat afin de suivre l’évolution de son patrimoine et de l’intégrer dans le cadre des activités de contrôle financier et d’audit du secteur public », a-t-il fait savoir avant de préciser que la CSCCA a rendu 297 arrêts de quitus et 16 arrêts de débet sans compter les 665 arrêts de quitus rendus en faveur des Conseils d’administration des sections communales (CASEC).

Par ailleurs, prenant la parole en la circonstance, Marie Neltha Fétière a tenu en premier lieu à formuler ses remerciements à l’endroit de ses collègues pour la confiance dont ils l’ont honorée durant leur collaboration à la Cour dans l’exercice de « leurs nobles fonctions ». Elle en a profité pour rappeler la mission de cette prestigieuse institution. « Notre mission consiste à entreprendre des actions devant contribuer à une meilleure gouvernance publique en général et un contrôle plus rigoureux des finances publiques au bénéfice de l’Etat, des administrés et de la société », a-t-elle rappelé.

La nouvelle présidente de la CSCCA a mis un accent particulier sur l’indépendance de la justice. Elle souligne également le rôle que doit jouer le juge dans le système pendant son mandat. « Le juge doit se soumettre à la loi et rien qu’à la loi. Il doit, selon Mme Fétière, être à la hauteur de la mission que lui a confiée la Constitution», a-t-elle souligné.

En ce qui a trait au rapport accablant de la Banque mondiale daté de 2012, relatif aux conditions de fonctionnement du tribunal administratif haïtien, Marie Neltha Fétière encourage ses collègues de la Cour à œuvrer pour le changement. Car, pour elle, il s’avère nécessaire de concentrer les ressources institutionnelles et humaines en vue de donner à la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif un nouvel élan par la promotion de ces valeurs : l’indépendance, le professionnalisme, l’intégrité, la neutralité, l’objectivité et la reddition des comptes.

Le Nouvelliste